Katia Saulnier (à gauche) et sa grande sœur Tatiana Neumann : complices. Photo DNA /A.M.
Furieusementsoeurs, c’est le nom de l’équipe composée de Tatiana et Katia, deux sœurs rombéchates qui se lancent dans leur premier raid féminin cet été en Savoie.
Cette compétition soutient « Vivre comme avant », une association qui aide les femmes atteintes ou en rémission d’un cancer du sein.

On voudrait se souvenir de 2021 autrement que par le Covid ! » s’exclame Katia, la benjamine de 23 ans. Avec sa grande sœur Tatiana, elles s’entraînent régulièrement pour préparer leur participation à leur premier raid féminin, « L’Alpes Trophy ». Sa première édition aura lieu du 9 au 11 juillet sur le domaine des Saisies, en Savoie.

Au programme, trois jours d’épreuves, avec des binômes 100 % féminins. Certains sont composés d’un duo mère/fille, de collègues ou d’amies, d’autres de soeurs, comme les Rombéchates.

« Il n’y a pas mieux comme formule : on se connaît bien ». Et côté colère, « Ça peut monter très haut, mais ça redescend aussi vite », commente Katia. « On ne peut pas divorcer de ses frères et soeurs » rebondit Tatiana, « on voit que c’est une force, on ne peut pas se cacher. On se comprend de toute façon mieux ».

À 16501 m d’altitude, au coeur du massif du Beaufortain, elles attaqueront les trois jours par un biathlon
(course à pied d’orientation et tir à là carabine) de 6,8 km. Le deuxième jour, il s’agira d’avaler 21 km à VTT sur 814 m de dénivelé positif, et une course d’obstacles de 3,6 km. Enfin un trail de 15,5 km avec 476 m de dénivelé positif à travers les alpages animera le dernier jour.

En ces temps de pandémie, le domaine des Saisies sera intégralement privatisé, « on sera en vase clos », explique Katia, « seuls deux médias seront autorisés, il n’y aura pas de famille et on passera tous un test PCR ».

Les Rombéchates se préparent à ce premier raid très sérieusement : trois fois par semaine, elles se retrouvent,
le mardi soir, le jeudi soir et le samedi matin, pour courir entre 8 à 10 km en soirée, et jusqu’à une quinzaine de kilomètres le week-end.

Avec le coaching de copains, du coin, elles se sont aussi imposé une session ile vélo par semaine, le point faible de Katia, surtout côté chutes, mais elle se rattrape largement à la course. « Elle galope plus vite que moi, c’est sûr ! » s’exclame l’aînée. Malgré le confinement et le couvre-feu, elles parviennent à maintenir le rythme, dans un secteur entre Lièpvre, La Vancelle, Bergheim et Rombach-le-Franc.

« Si on peut faire un petit classement ce serait bien ! On voudrait finir, bien sûr, et idéalement dans les dix premières », sourient les deux sœurs, qui espèrent poursuivre une fois par an, avec les autres dans Laponie Trophy et Dalmatie Trophy.

Pour cette année, elles ont d’ores et déjà réussi à faire supporter les frais d’inscriptions par leurs sponsors : Welding Alloys de Holtzwihr (entreprise du conjoint de Tatiana), la commune de Rombas-le-Franc, le Club Vosgien de Lièpvre/Rombach, Emosis, et le magasin de Sports Bernina de Sélestat.

Dans le budget, il s’agit d’ajouter les autres frais : voyage, hébergement, matériel divers, soit 1 900 € au total. « Une bonne partie du budget est bouclé » se réjouissent les soeurs, « ça nous réconforte ! Et surtout, c’est du gagnant-gagnant, on en prend autant qu’on en donne ! ».

Car ce raid est aussi un challenge sportif solidaire :- il soutient « Vivre comme avant », une association qui aide les femmes touchées par un cancer du sein. « Comme la majorité des familles, nous avons été touchées par la maladie. Du coup, soutenir cette association, ça nous tient vraiment à coeur » souligne l’aînée. « Autant avoir un objectif, que cela serve pour la bonne cause … ».
Anne MULLER

Pour les soutenir, un courriel : tatiana.neumann@orange.fr

Pour les suivre, sur Instagram : #Furieusementsoeurs

Furieusement sœurs et forcement solidaire
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
katia-saulnier-(a-gauche)-et-sa-soeur-tatiana-neumann-lors-d-un-entrainement-en-foret-de-la-vancelle-photo-dr
Katia Saulnier (à gauche), et sa sœur Tatiana Neumann, lors d’un entraînement en forêt de La Vancelle. Photo DR
katia-saulnier-lors-d-un-entrainement-en-foret-de-la-vancelle-photo-dr
katia-saulnier-lors-d-un-entrainement-en-foret-de-la-vancelle-photo-dr